LE VRAC : UNE SOLUTION CONTRE LE SUREMBALLAGE

LE VRAC : UNE SOLUTION CONTRE LE SUREMBALLAGE

De nos jours, la surconsommation, le suremballage et le gaspillage sont la norme malgré le fait qu’ils contribuent énormément au réchauffement climatique. Alors comment consommer de manière éco-responsable ? 

Pour ce qui est de la consommation alimentaire, nos astuces et notre coffret « mes courses en vrac » devraient vous permettre de consommer tout en réduisant, à votre échelle, l’empreinte carbone que représente l’industrie alimentaire. 

L’IMPACT ÉCOLOGIQUE DE L’INDUSTRIE ALIMENTAIRE 

  • Pour l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le secteur de la production agricole a dégagé 5,3 milliards de tonnes équivalent CO2 en 2011. 
  • Plus de 2 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées en France chaque année par les industries agroalimentaires. Cela représente 415 tonnes de CO2. 
    • Le nombre de sacs plastiques produits en Europe en 2010 était de 98,6 milliards dont 8 milliards finissent en déchets sauvages créant des dégâts importants à l'environnement (source : le Commissaire européen à l'environnement, Jenez Potocnik).
    • En 2019, au sein de l’Union Européenne un Français génère 546 kg de déchets. (Source : Eurostat (extraction du 26 avril 2021))
    • L’emballage d’un produit représente en moyenne 15% de son prix : 15% qui finissent à la poubelle

    CONSOMMER EN RÉDUISANT SON EMPREINTE CARBONE 

    L’essor d’une consommation plus écolo à travers le vrac 

    Tout d’abord, qu’est-ce que le vrac et en quoi permet il une consommation plus responsable ? 

    Le vrac c’est choisir la quantité dont vous avez réellement besoin du produit vendu à l’unité, réduire le gaspillage alimentaire et réduire sa consommation d’emballage plastique afin de faire des économies. 

    Le marché du vrac connaît une expansion importante depuis que 87% des Français favorisent le vrac aux produits pré-emballés. De plus en plus de commerces se lancent dans le vrac (Eco et Vous, Biocoop, Nous Anti Gaspi, Carrefour, Franprix). Un premier réseau d’épiceries en vrac fait d’ailleurs son apparition en France sous l’enseigne Day by Day. Un réseau d’associations, nommé VRAC, s’est même développé et propose des produits issus de l’agriculture biologique pour tous les budgets.  

    Internet s’est également mis au goût du jour avec la possibilité de trouver les endroits où il y a du vrac grâce à une carte interactive et collaborative (crée par deux sœurs toulousaines connues sur Instagram « C.lairdutemps »). Il existe aussi le site Consovrac qui permet de trouver les commerces de vrac à proximité de chez soi. Une application a aussi été créée dans le but de lutter contre le gaspillage : TooGoodToGo

    Même la loi est adepte du vrac et a pour projet d’imposer 20% de vrac dans les supermarchés d’ici 2030. 

    Pour réduire l’empreinte carbone de sa consommation alimentaire il est aussi conseillé de consommer local, à proximité de chez vous, consommer chez des labels et producteurs ayant des méthodes responsables. 

    C’est ainsi que Pousse Pousse vous propose le coffret « mes courses en vrac » contenant tout ce qui est nécessaire pour s’initier au vrac et ainsi limiter sa consommation d’emballages lors de ses courses. 

    NOTRE COFFRET « MES COURSES EN VRAC » 

    Ce coffret contient : 

    • Un sac de course en coton bio avec des poches intérieures pour pouvoir bien s’organiser et ranger ses bouteilles en verre 
    • Deux sacs à vrac « filet » en coton bio. Idéal pour vos fruits et légumes … Tout ce qui est suffisamment gros pour ne pas s’échapper par les petites mailles  
    • Deux sacs à vrac « plein » en coton bio, Idéal pour les pâtes, les céréales, les fruits secs … Tout ce qui ne peut aller dans les sacs à vrac « filet »  
    • Un sac à pain pour conserver vos baguettes et les transporter sans mettre des miettes partout et pouvoir refuser l’emballage proposé par votre boulanger. Il peut contenir 2 baguettes  

    Tous les sacs sont en coton bio donc plus éco-responsables que les emballages conventionnels parce que la culture du coton biologique n’utilise pas de pesticides toxiques et dangereux. Ainsi ils permettent d’éviter les emballages plastiques grâce à leurs réutilisations et d’éviter de polluer les terres par l’utilisation d’engrais et de produits naturels.


    Laissez un commentaire

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés