L’eau calcaire, un calvaire

L’eau calcaire, un calvaire

Eau du robinet, eau de pluie,… Elles sont en apparences pareilles mais il existe une différence que les  plantations ressentent. Tester votre eau peut vous éviter de sacrées surprises !

PH un terme compliqué qui est cependant à connaître. Le PH, indicateur de dureté ou alors titre hygrométrique (pour les plus scientifiques d’entre vous). Ce terme indique la quantité de calcaire présente dans l’eau et si elle est acide ou basique. Mais alors comment connaître le PH de votre eau ? Très simple, soit en vous procurant des testeurs que vous trouverez chez les vendeurs de piscines, mais le taux est aussi présent sur vos factures d’eau, le taux doit y être inscrit normalement. 

Si vous possédez des réserves d’eau testez-les, en général l’eau de pluie et de montagne ne sont pas dures, c’est-à-dire qu’elles possèdent un PH bas et donc sont peu calcaires car acides. Les plantes ne sont pas dérangées par cette eau, pas de soucis à vous faire si vous récoltez celles-ci.

L’eau avec un PH trop haut tâche les feuilles des plantes et empêche la croissance.

Comment y remédier alors ? Il faut acidifier l’eau, dans votre récipient ajoutez un tissu en toile de jute avec de la tourbe et laissez reposiez une nuit. 

L’eau pour rafraîchir les idées oui mais pas les plantes…

L’eau pour hydrater vos plantes ça c’est sûr, mais une température trop froide peu leur faire du mal. Les racines des plantes sont sensibles, une température avec une différence de 5°C trop froide peu les stresser. Passer les 15°C de différence cela peut en tuer certaines comme les tomates et les laitues. Alors avant d’arroser, plongez la main pour la tester, elle est trop froide ? Laissez-la reposer un peu au chaud. Plus simple, pensez à les arroser au moment le plus frais de la journée, par exemple le matin. Veillez aussi à ne pas avoir une eau trop chaude, une eau tiède est parfaite (vers les 25°C).

  • Partager ce contenu

Suivez-nous sur
@poussepousseoff